Le marteau broyeur, l’indispensable pour les opérations de broyage

Au sein des sites forestiers, en agriculture ou dans les jardins, pour réduire la masse des déchets végétaux, diminuer le couvert des végétaux de type herbacé et/ou ligneux, mais aussi pour ouvrir le milieu et aller plus vite, le recours à des opérations de broyage est incontournable. En règle générale, les opérations de broyage nécessitent l’utilisation d’éléments de broyage. La tête de fauche pour la débroussailleuse thermique manuelle, le girobroyeur sont certes efficaces pour les couverts herbacés. Le couteau, le fléau et le marteau sont eux, bien plus utiles en ce qui concerne la gestion forestière d’un site ou dans le monde agricole en particulier. 

Le marteau broyeur, un élément de broyage pour s’attaquer aux milieux denses

Le marteau broyeur desvoys est un système de coupe très solide et robuste, spécialement conçu pour les végétations denses et/ou semi-ligneux à ligneuses. Mis en rotation à grande vitesse, les marteaux tranchent, déchiquettent et lacèrent alors la végétation sans effort. Les branchages et les arbustes par exemple sont alors broyés rapidement. Les résidus ainsi obtenus ne présentent pas une coupe nette, mais cela n’est pas incommodant puisque cette masse de végétaux est réduite en volume. Et, c'est ce qui importe. 

Le broyage des végétaux, des intérêts multiples

Certes, la végétation est réduite en volume, mais ce n’est pas le seul intérêt du broyage des végétaux. Une fois réduits, les broyats peuvent alors être valorisés. Les brindilles, les branches, les feuilles mortes sans oublier les feuilles épaisses par exemple peuvent alors se décomposer plus facilement via la technique du compostage et se transformer en compost, une matière semblable au terreau riche en composés humiques.

En parallèle, il est inutile de les brûler ou de les porter en déchetterie, puisque ces derniers peuvent être réutilisés directement in situ sous la forme de paillis. Parce qu’un sol ne doit jamais rester à nu, le paillage est une technique qui consiste à recouvrir la surface du sol de matériaux organiques comme les broyats de végétaux. Déposés en couche homogène sur le sol ou au pied des plantes, cela permet alors de réduire le phénomène d’évaporation et de transpiration des plantes notamment lors des chaudes journées estivales. C’est également un bon moyen d’empêcher la lumière d’atteindre la surface du sol ce qui empêche le développement des plantes adventices et par voie de conséquence, le recours au désherbage chimique. De plus, le paillage protège le sol des aléas climatiques évitant ainsi le phénomène de battance. Cela crée un refuge pour les insectes notamment pendant la période hivernale et favorise la vie de la microfaune du sol, cette biomasse utile et indispensable au développement de toutes les espèces végétales. Les éléments broyés étalés au sol, au fur et à mesure de leur décomposition, restituent dans le sol tous les éléments nutritifs qui les composent enrichissant ainsi le complexe argilohumique du sol, favorisant sa fertilité et améliorant la croissance et la santé des plantations. 

Finalement, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (Anaxagore de Clazomènes, philosophe grec).