A quoi sert l’assurance d’un crédit immobilier ?

L’assurance d’un crédit immobilier que l’on peut également appeler assurance emprunteur est simplement une assurance décès qui a pour objectif de constituer une garantie complémentaire pour votre banquier. C’est aussi une sécurité pour le conjoint et les héritiers. Cette assurance peut se renégocier à tout moment. Les tarifs sont en effet très variables d’une compagnie à une autre. Faisons le point pour bien comprendre.

Une protection pour la banque et les héritiers

L’assurance de prêt a pour objectif de garantir le remboursement de tout ou partie du crédit immobilier en cas de décès de l’emprunteur. Dans l’hypothèse du décès de l’un des emprunteurs, la banque est sécurisée car sa dette est remboursée par l’assurance et les héritiers n’auront pas à prendre à leur charge le remboursement du crédit.

En règle générale, chacun des emprunteurs est assuré à hauteur de la part de propriété dans le bien acquis. Pour un couple de concubins qui achète un bien pour 50/50 en indivision, il devrait souscrire une assurance de prêt pour 50% sur la tête de chacun des co-emprunteurs.

Cela signifie qu’en cas de décès de l’un des co-emprunteur, 50% du crédit sera remboursé. Le solde du crédit restera à rembourser par le concubin survivant et/ou les héritiers selon les modalités de l’offre de prêt.

Une protection pour le conjoint survivant

Pour davantage de sécurité et notamment dans le cas des concubins (pour des raisons de dévolution successorale), il est tout à fait envisageable de s’assurer à hauteur de 100% sur chacun des emprunteurs. Dans cette hypothèse, le décès de l’un des époux ou concubins entrainerait le remboursement de l’intégralité du capital emprunté.

Cette précaution complémentaire permet de protéger au maximum le conjoint survivant en lui assurant de disposer de sa résidence principale sans avoir de crédit à rembourser. Ainsi, s’assurer à 100% sur chacun des emprunteurs apporte une tranquillité financière au conjoint survivant.

Renégocier son assurance de prêt

C’est parfois méconnu, mais il est tout à fait possible de renégocier une assurance de prêt en cours de crédit immobilier. En effet, l’assurance décès est certes obligatoire pour obtenir un accord sur le financement, mais l’emprunteur est libre de souscrire l’assurance de prêt de son choix.

Il est certain que cette opportunité offerte par la loi Lagarde permet de réaliser de très importantes économies. Par le passé, les établissements bancaires avaient tendance à rendre obligatoire la souscription de l’assurance de prêt de l’établissement bancaire. Seuls les meilleurs dossiers pouvaient prétendre à une délégation d’assurance de prêt.

Aujourd’hui, quelle que soit votre situation, vous avez le droit de choisir librement votre assurance de prêt. La conséquence directe est une économie substantielle qui peut atteindre jusqu’à 50%. Pour autant, si vous souscrivez une assurance de prêt auprès de votre banque, pas de panique ! Le consommateur est protégé et rien ne vous empêche de changer d’assureur en cours de crédit.

Comparer les assurances de prêt

Chaque compagnie d’assurance applique une politique tarifaire qui lui est spécifique. Il devient indispensable de comparer chaque offre afin de réduire le coût global d’un crédit immobilier.

La différence que l’on constate entre les tarifs pratiqués tient dans le mode de calcul de la cotisation. Certaines compagnies calculent le montant de la prime d’assurance sur le montant du crédit restant à rembourser alors que d’autres se basent sur le capital initialement emprunté.

Dans le premier cas, la cotisation se réduit au fur et à mesure du remboursement du crédit pour ne représenter qu’un faible montant lors des dernières mensualités. Dans le second cas, la cotisation est toujours pareille.

Par ailleurs, selon le profil, l’âge et la situation familiale de l’emprunteur, on constate également de très fortes disparités dans les tarifs.